Mafate par les hauts, par les bas... Géolocalisation toujours plus vite !!!!


La durée d’un parcours dépend des facteurs suivants :
- la forme des participants, ou plutôt la vitesse de progression du participant le moins rapide ;
- la dénivelée cumulée ;
- la longueur ;
- la difficulté du terrain.
Et, bien entendu, la durée des pauses.

Nous utilisons ici 3 profils :
- le promeneur, correspondant à :
une forme physique moyenne, vous n'avez pas d'expérience de la marche ou tres peu, vous ne connaissez pas votre endurance, vous n'avez pas l'habitude de la montagne, Vous ne savez ni vous orienter, ni vous servir d'une carte, vous n'avez pas de chaussures adaptées à la longue marche ou la randonnée.

- le Promeneur, correspondant à :
Vous avez l'expérience courante de la moyenne montagne, vous êtes correctement équipé (chaussures de montagne, sac à dos), vous savez vous orienter, et utiliser une carte, sortir des sentiers tracés et balisé ne vous effraie plus. Là, de nombreux itinéraires vous sont ouverts mais relativement plus difficiles, surtout par temps humide. Ces randonnées nécessitent un minimum de 6 heures de marche en estimant souvent la durée de la descente au 3/4 du temps de la montée.

- le Marcheur, correspondant à :
Vous avez l'expérience de la montagne,vous savez vous orienter,vous n'avez pas le vertige Vous pouvez monter votre bivouak n'importe où Vous savez utiliser vos mains lors de passages difficiles Tous les itinéraires vous sont ouverts sauf conditions climatiques exceptionnelles les longues marches de plus de huit heures, les denivelés important aussi bien positif que négatif ne vous effrayent pas les possibilités de traversées de rivières, les parcours en crêtes vous sont réservés.

Conditions requises
• Une bonne hygiène de vie et une bonne santé.
• Une bonne tonicité et un minimum de souplesse pour aborder sans fatigue ni bobos les difficultés d’un terrain de montagne (pierrier, rupture de pente, etc.).
• Un niveau réel supérieur ou égal au niveau du circuit.
• Une bonne dose de bonne humeur et une approche positive de l’effort.